Recherche de communauté
et de district

 

Église néo-apostolique de A à Z

Méthodes thérapeutiques

Les chrétiens néo-apostoliques choisissent leurs traitements médicaux ou psychothérapeutiques en toute responsabilité. L’Église néo-apostolique ne peut approuver les méthodes thérapeutiques revendiquant pour elles-mêmes des forces et des possibilités dévolues à Dieu seul et affaiblissant de cette sorte la foi en Dieu et en Jésus-Christ.

Pour peu que l’on refuse de s’intéresser aux doctrines et aux rituels associés à la méthode thérapeutique, on échappe facilement à l’influence qu’elle peut exercer sur l’âme. D’une manière générale, les thérapeutes pratiquant la médecine alternative et plus particulièrement les guérisseurs traditionnels visent à guérir leurs patients, et non pas à influer sur leur âme.

 

Mort cérébrale

La vie humaine commence par la fécondation et s’achève par la mort cérébrale. Il faut la protéger ; nul ne doit y mettre fin de manière active. Il est impossible de définir précisément le moment où le corps est doté de l’âme et celui où l’âme et le corps se séparent. Aux fins de protéger la vie humaine, l’Église considère que l’âme vient habiter le corps au moment de la fécondation et que l'âme et le corps se séparent irrémédiablement au moment de la mort cérébrale.

 

Mesures de prolongation de la vie

Tout homme a le droit de mourir dans la dignité. L’euthanasie et la médecine palliative concernent la personne en fin de vie, pour laquelle il n’y a plus d’espoir de guérison et de rétablissement. Du point de vue chrétien, ces démarches ne peuvent consister qu’en une aide apportée à la personne en fin de vie, et non pas en une aide à mourir. L’euthanasie à la demande et le suicide assisté sont rejetés.

Le laisser-mourir, c’est-à-dire le renoncement à des mesures de prolongation de la vie, et le soulagement de la douleur ou la sédation palliative, dont l’objectif est le contrôle des symptômes et qui comportent un risque mineur d’abrègement de la vie, ne contredisent pas les principes de la foi chrétienne. Au vu de la conception de l’homme propre au christianisme, le suivi médical palliatif revêt une grande importance. L’assistance des proches et l’accompagnement pastoral au sens de l’Évangile sont susceptibles de soulager les angoisses de la personne en fin de vie et de mobiliser ses forces spirituelles.

Les directives anticipées peuvent aider à prendre soin des personnes en fin de vie d’une manière souhaitée par elles.

 

Mariage

Le mariage est la communauté de vie d’un homme et d’une femme, que Dieu place sous sa bénédiction. Il constitue le fondement de la famille. Il repose sur une promesse publique, librement consentie par les deux époux, de fidélité. L’amour et la fidélité réciproques sont indispensables à la réussite du mariage.

La polygamie est incompatible avec la doctrine et la tradition chrétiennes.