Recherche de communauté
et de district

Service divin - IPTV - Genève

21.05.2020

L’évêque René Engelmann a célébré, à huis clos, le service divin de l’Ascension à Genève. Il était accompagné par l’évangéliste de district Frédéric Guillod.
 
/api/media/486919/process?crop=fixwidth&filetype=jpg&height=1500&token=5762cea9e8e1f02cc5c0c6e3242841ed%3A1638003341%3A783197&width=1500
/api/media/486920/process?crop=fixwidth&filetype=jpg&height=1500&token=7cb386edacb491078b4e7d2c291fc041%3A1638003341%3A6255537&width=1500
 

La parole de base se trouve dans l’épître de Paul aux Éphésiens 1 : 20-21 :

« Il l’a (l’infinie grandeur de sa puissance) déployée en Christ, en le ressuscitant des morts, et en le faisant asseoir à sa droite dans les lieux célestes, au-dessus de toute domination, de toute autorité, de toute puissance, de toute dignité, et de tout nom qui peut être nommé, non seulement dans le siècle présent, mais encore dans le siècle à venir. »

L’Ascension est un événement majeur : Jésus retourna vers son Père. Jésus vint sur cette terre, accomplit sa mission, puis il retourna vers son Père. Il s’agit de le voir comme le Seigneur Jésus élevé. Il est retourné dans la gloire mais il ne nous a pas pour autant oubliés. Nous connaissons bien le Seigneur Jésus. Il est notre ami, celui qui nous accompagne. Aujourd’hui aussi, il le fait en tant que Jésus élevé. Nous pouvons profiter de cette puissance. L’apôtre Paul met en évidence la gloire de Dieu dans cette épître.

Dans ce statut de Jésus élevé, il veut s’occuper de nous. Il le fait car il est au-dessus de tout (cf. parole de base) dans la gloire de Dieu. Il reste notre ami même s’il a quitté la terre. Il donna la mission à l’apostolat de faire de toutes les nations des disciples. L’apostolat est aujourd’hui à l’œuvre. Jésus nous fortifie et nous accorde le pardon. Soyons reconnaissants à notre Seigneur Jésus pour ce qu’il nous offre.

Voici quelques aspects de la personnalité de Jésus :

Il était proche de ses disciples, et se préoccupait de leur bien-être (cf. p. ex. Marc 6 :31 : « Venez à l’écart dans un endroit désert et reposez-vous un peu. ») Il se préoccupe de notre état et fait en sorte que rien ne nous manque. Un jour, assis au milieu des disciples, il leur montra la gloire de Dieu. Jésus n’est pas déconnecté de nos situations de vie. Il est placé au-dessus de toutes circonstances, mais il est proche de nous.

Jésus a toujours été proche des pécheurs, il ne les a jamais condamnés mais plutôt défendus. Citons l’épisode de la femme pécheresse ! Selon la loi, elle aurait dû mourir. La foule s’attendait à ce qu’elle soit lapidée. Mais Jésus dit : « Que celui qui n’a jamais péché jette la première pierre. » Et petit à petit les gens s’en allèrent (cf. Jean 8 : 5-11) car ils avaient compris le message de Jésus. Jésus ajouta : « Je ne te condamne pas non plus : va, et ne pèche plus. » Nous sommes également des pécheurs, et Jésus ne nous condamne pas.

Il était proche de ceux qui avaient besoin de lui. Il est question de malades, d’aveugles, de paralytiques, de pauvres dans les Écritures. Je pense à Bartimée, l’aveugle. Les disciples voulaient que Jésus poursuive son chemin, mais il entendit l’appel de Bartimée, s’arrêta et s’occupa de lui. Il fut même ému de compassion. Jésus a ce double regard, d’une part sur la vie naturelle et d’autre part sur la vie spirituelle. Il voit en perspective et ne souhaite pas s’arrêter aux miracles relatifs à la vie naturelle. Lorsque Jésus parla à la femme samaritaine, il ne se contenta pas de parler de l’eau naturelle, mais de l’eau de la vie éternelle (Jean 4 : 1-42).

Avant l’Ascension, Jésus revêtait un corps de ressuscité. C’était impressionnant. Cela nous concerne, car la résurrection fait partie de notre avenir. Laissons-nous être élevés par la parole !

Philippe demanda un jour à Jésus de voir le Père. Jésus était quelque peu déçu, car il aurait dû le voir à travers lui (Jean 14 : 8-9 : « Philippe lui dit : Seigneur, montre-nous le Père, et cela nous suffit. Jésus lui dit : Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne m’as pas connu, Philippe ! Celui qui m’a vu a vu le Père ; … »)

Comme nous voyons la gloire divine à travers l’apostolat, nous souhaitons rester dans la communion avec le Seigneur Jésus ainsi qu’avec ceux qu’il a envoyés et envoie. Nous voulons nous réjouir de notre propre ascension future. Le Seigneur Jésus reviendra ! C’est toujours d’actualité ; nous attendons le Seigneur Jésus au quotidien. Ne réfléchissons pas trop ! Ayons une foi d’enfant ! (cf. Actes 1 :11) : « Hommes Galiléens, pourquoi vous arrêtez-vous à regarder au ciel ? Ce Jésus, qui a été enlevé au ciel du milieu de vous, viendra de la même manière que vous l’avez vu allant au ciel. »