Recherche de communauté
et de district

Office religieux du dimanche 7 juin 2020, célébré par l’ancien de district Johny Simon à Genève et retransmis par IPTV

07.06.2020

Le dimanche 7 juin 2020 correspond déjà au 13e culte que les fidèles de Romandie ont vécu depuis chez eux. Pour ce dimanche, c’est le responsable du district de Romandie, l’ancien de district Johny Simon, qui a célébré l’office religieux transmis par l’internet et le téléphone depuis l’église de Genève.
 
/api/media/487734/process?crop=fixwidth&filetype=jpg&height=1500&token=9ac95fbf2a760bf469b56239913663ce%3A1635405639%3A2418242&width=1500
/api/media/487735/process?crop=fixwidth&filetype=jpg&height=1500&token=6dbb4b9b664948e04dbb5f0ab1529026%3A1635405639%3A6999652&width=1500
 

La parole de base pour cette prédication était tirée de la 2e épître de l’apôtre Paul aux Corinthiens 13 : 13 : « Que la grâce du Seigneur Jésus-Christ, l’amour de Dieu, et la communion du Saint-Esprit, soient avec vous tous ! »

C’est une parole extrêmement connue, c’est la parole trinitaire de la bénédiction finale que nous pouvons vivre et expérimenter lors de chaque service divin. Lorsque nous appréhendons cette parole avec nos sentiments et notre cœur, nous sommes toujours impressionnés. Cette parole de bénédiction est accessible à tous. L’apôtre Paul exprime cette parole avec force et conviction. Ceux qui se tourne vers Dieu peuvent aujourd’hui encore vivre l’efficacité de cette parole de bénédiction.

La Trinité divine

L’apôtre Paul évoque la Trinité divine avec puissance et conviction, en 2 Corinthiens 1 : 21-22 : « Et celui qui nous affermit avec vous en Christ, et qui nous a oints, c’est Dieu, lequel nous a aussi marqués d’un sceau et a mis dans nos cœurs les arrhes de l’Esprit. » On y reconnaît la beauté et la puissance de la Trinité, à travers le plan voulu par Dieu. À travers la Trinité divine, Jésus se manifeste également et l’Esprit-Saint entretient et nous transmet les arrhes de la vie éternelle. Les arrhes, ce sont les dons que Dieu possède et qu’il nous offre à travers son amour et sa grâce par l’intermédiaire de la personnalité du Saint-Esprit. L’ancien de district de dire : « J’aurai voulu donner une image, une métaphore ou un exemple de ce qu’est la Trinité divine, afin que nous puissions mieux la comprendre et l’expliquer aux enfants, mais cela n’est pas possible, parce que la Trinité est unique et ne peut être comparée à rien d’autre, car elle est unique. » Nos connaissances au sujet de la Trinité divine sont limitées. Ce que nous en savons est ce qui est écrit dans les textes bibliques, ce que les premiers apôtres ont révélé au cours du Ier siècle et ce que l’apostolat d’aujourd’hui met en lumière.

Ce qui est important par rapport à la Trinité divine, c’est d’être convaincu qu’elle nous offre la grâce, l’amour et la communion. On pourrait passer sa vie à vouloir expliquer quelque chose sans pouvoir le vivre et l’expérimenter. Ne pas tout comprendre par rapport à la Trinité n’est pas une limite ou un mur, mais l’appréhender avec foi est le garant de magnifiques expériences de foi. Ces expériences nous permettent de sortir du brouillard grâce à la force de la foi et non celle de la raison.

Le mystère

Le mot mystère est très peu utilisé dans l’Ancien Testament, soit trois ou quatre fois. Dans le nouveau testament, il est utilisé entre 20 et 25 fois. Il est évoqué en particulier par Jésus-Christ lorsqu’il s’adresse à ses disciples (Matthieu 13 : 11 ou Marc 4 : 11).  

C’est l’apôtre Paul qui évoque le plus fréquemment les mystères (1 Corinthiens 15 : 51). Lorsque Paul annonce un mystère, il lève un voile. Par exemple dans la lettre aux Éphésiens, au chapitre 3, les versets 3, 5, 8 et 9. Par le ministère de l’apôtre, le mystère est levé. Ce ministère apostolique nous permet de comprendre l’ampleur du plan divin. Ces révélations et cette connaissance chauffent le cœur et le remplissent d’une grande joie.

La citation d’une personne bibliste et chrétienne dit : « Les mystères ne sont pas des secrets fermés, mais des lieux de croissance vers l’infini. »

Revenons à la parole biblique de ce matin. On ne peut pas réduire la grâce, l’amour ou la communion à l’une ou l’autre « personnalité » de la Trinité divine. Tous les dons font partie intégrante des trois personnalités de la Trinité.

La grâce

Une portion de la toute-puissance de la grâce s’exprime à travers Dieu le Fils sur la terre. Elle s’est particulièrement exprimée par sa venue sur la terre, par l’amour qu’il a apporté, par son Évangile. Jésus l’a apportée par sa prédication, par le pardon des péchés et par la sainte cène. Les sacrements font aussi partie de cette grâce et sont des actes divins qui permettent de rester en vie.

L’amour

L’amour est offert par Dieu, donc Dieu le Père, Dieu le Fils et Dieu le Saint-Esprit, c’est-à-dire la Trinité, ceci à tous les hommes qui le souhaitent. L’amour de Dieu est ainsi répandu par le Saint-Esprit (Romains 5 : 5) pour les hommes. Il est écrit que Dieu est amour et « qui demeure dans l’amour demeure en Dieu, et Dieu demeure en lui » (1 Jean 4 : 16b)

La communion

La communion est particulièrement manifeste depuis le jour de la Pentecôte. L’abandon des siens ne fait pas partie des possibles du Dieu trinitaire. Que représente cette troisième personnalité du Saint-Esprit ? À quoi sert-elle ? Le Saint-Esprit permet de garder la proclamation de l’Évangile dans sa pureté. Aujourd’hui encore, les apôtres éclairés par l’Esprit-Saint rendent visibles de nouvelles facettes du plan de salut divin.

Contributions par un diacre et par le responsable de la communauté de Genève

Le chapitre 13 de la 1ère épître aux Corinthiens évoque magnifiquement l’amour de Dieu. Ce chapitre est conclu par cette parole bien connue : « Maintenant donc ces trois choses demeurent : la foi, l’espérance, l’amour ; mais la plus grande de ces choses, c’est l’amour. »

La bénédiction finale est un de ces dons que nous recevons de la part de notre Dieu. La fête de Noël est un peu la fête des enfants. Certains cadeaux sont moins appréciés que d’autres. Lorsque des parts de gâteaux sont coupées, on se dispute parfois pour avoir la plus grande. Nous pouvons avoir cette attitude lorsqu’il en va de la bénédiction divine, car elle est toujours pleinement disponible. Lorsque Jacob a lutté avec « l’homme », il a dit : « … Je ne te laisserai point aller, que tu ne m’aies béni » (Genèse 32 : 36).

(Pour approfondir les notions de la Trinité divine et des mystères de l’Évangile, voir chapitres 2 et 3 du catéchisme de l’Église néo-apostolique – disponible tout en haut à droite à la page d’accueil du présent site internet)